Fibromyalgie et Auto-immunité

Et si la fibromyalgie était une maladie auto-immune ? C’est la question qui revient en ce moment. Je lis pas mal d’articles à ce sujet. Ce que l’on sait aujourd’hui de la fibro c’est que c’est un syndrome chronique, qui concerne en majorité les femmes. Les hommes en sont atteints, mais nous avons moins de témoignages de leur part.azendream-choix-coaching-confiance-fleurs-de-bach-azd-changement-fibromyalgie
Les douleurs ressenties se situent dans tout le corps. Elles sont articulaires, musculo-tendineuses et surtout persistantes.
Pour le moment ce qui déclencherait cette maladie serait M le cerveau 🧠. C’est aussi pour cela qu’elle a été classée parmi les maladies psychologiques ou psychosomatiques. Mais surtout parce qu’il n’y a pas de vraies explications quant aux déclencheurs, puisque les pistes sont assez vastes…

Toutefois une autre piste en ce moment semble être explorée c’est celle de la maladie auto-immune. Mais encore rien n’est certain d’autant que quelques années en arrière quand on osait rapprocher la fibro des maladies auto-immunes certains médecins criaient et crient encore au scandale !

Que sait-on aujourd’hui de ce syndrome qu’est la fibromyalgie ?

Nous savons qu’environ 2 % de la population européenne, la plupart des femmes, est touchée par la fibromyalgie.

Nous la caractérisons de « maladie chronique » mal connue.

Elle se concrétise par des douleurs musculo-tendineuses, mais aussi articulaires.
Ces douleurs sont constantes, et alliées à une fatigue générale, ainsi que des troubles du sommeil.

Un terrain enclin à l’anxiété favoriserait sont développement et évolution.
Vient aussi un terrain dépressif, mais ne sachant pas si la dépression est un facteur déclencheur ou si la dépression apparaît à cause des douleurs constantes.

Nous savons que la « sensation de douleur » constante, est souvent aggravée par le froid, et l’humidité, mais aussi le stress.

Le tout étant associé au dysfonctionnement des neurotransmetteurs de la douleur dans le cerveau et du système nerveux périphérique.

Ce qui a aussi peut être constaté c’est que certains malades présentent aussi une dérèglement du système immunitaire.

Cependant certains chercheurs en suède se sont intéressés à l’immunologie de la fibromyalgie. On voit qu’ils se sont demandé si les anticorps ne s’attaquaient pas eux-mêmes. Voici un article que vous pouvez consulter : The Journal Of Clinical Investigation

C’est vrai que c’est un peu barbare mais malheureusement c’est semble-t-il nécessaire pour comprendre…

Transmettre la fibromyalgie aux souris

Donc l’hypothèse présentée dans cet article est la suivante.

Si des auto-anticorps, des IgG qui sont les anticorps qui activent les plaquettes dans le sang, auraient donc un rôle à jouer dans la fibromyalgie.

Ainsi des souris saines, développent des symptômes du syndrome de la fibromyalgie, si on leur en injecte.

Pour l’expérience, elles ont donc reçu une injection de sérum issu de personnes atteintes de fibromyalgie et qui contient uniquement des IgG.

Ainsi, le résultat a été constaté, que les souris ont développé les symptômes de la fibromyalgie suite à cette injection.

On retrouve les mêmes symptômes, elles sont devenues plus sensibles au froid mais aussi à des stimulations mécaniques. Elles ont perdu leur vivacité.

À l’inverse, les injections extraites des personnes saines, ou ceux des malades dépourvus de leurs IgG, n’ont pas rendu les souris malades.

Quel est le lien entre : auto-anticorps et douleur ?

Selon les conclusions des auteurs, ils n’activent pas les neurones sensoriels, mais se fixent sur des cellules gliales satellites, qui sont « des cellules présentes au niveau des ganglions rachidiens et des ganglions du système nerveux végétatif et entourent les neurones végétatifs ou sensoriels à ce niveau ». Elles sont localisées dans le ganglion spinal des souris.

Des tests in vitro ont également démontré que ces auto-anticorps peuvent aussi se fixer de la même manière chez l’homme.

Donc, les auto-anticorps isolés des patients atteints de fibromyalgie sensibilisent les récepteurs de la douleur situés dans le système nerveux périphérique. C’est un peu comme une alarme de voiture mal réglée qui se déclenche pour un rien…

C’est-à-dire que ces récepteurs, deviennent hyper-réactifs aux stimuli et envoient des signaux de douleur au cerveau, alors qu’il n’y a pas forcément lieu. Ce qui est fort désagréable.

Aujourd’hui, ce qui est compliqué c’est que le corps médical ne sait pas prendre correctement en charge la fibromyalgie.
Les prescriptions se résument à des anti : dépresseurs, inflammatoires, douleur, divers et variés. Ceci sans pour autant apporter de réponse concrète.
Ce que l’on a pu constater sur de nombreuses personnes fibromyalgiques : c’est que les médicaments ne sont pas une solution à tous les maux. D’ailleurs de plus en plus de personnes fibromyalgiques comme moi sont revenus à des choses plus simples pour prendre soin d’elles.
Aujourd’hui en ayant changé mes habitudes de vie, je ne vois plus la fibromyalgie de la même façon.
J’ai opté pour un programme de suivi et des compléments alimentaires qui font de moi une personne libérée de sa fibro !
Si vous souhaitez connaître ce que j’ai fait voici les liens :

Complément alimentaire

Programme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.